The Hundred : pas le cricket tel que nous le connaissons, mais rien à craindre pour les sceptiques | La Cent

Emma Lamb a probablement parlé pour nous tous. Elle, avec sa collègue Lizelle Lee, était sortie pour ouvrir pour Manchester Originals et ne s’était clairement pas attendue à l’éruption de feux d’artifice digne des Jeux olympiques autour de l’ovale. La caméra l’a prise en train de regarder bouche bée les explosions roses, vertes et blanches, et est restée sur elle pendant que ses lèvres formaient les syllabes : « Quoi… le… sh… ? Les commentateurs n’ont pas proposé de traduction : c’était un divertissement familial, après tout.

Qu’est-ce que le sh… en effet: c’était ce que de nombreux fans de cricket se demandaient silencieusement depuis l’annonce du Hundred, et au moins certains de ceux qui ont écouté la couverture simultanée du premier match par la BBC et Sky auront espéré se livrer à un peu regarder la haine légère. On nous avait dit que c’était du cricket, mais pas comme nous le savions. Il s’est avéré que ce n’était vraiment pas si mal. Pendant le match, les commentateurs nous ont répété à plusieurs reprises que les matchs du Cent seraient avant tout décidés par la tactique. Pour les diffuseurs, la stratégie était tout aussi importante. Comment, par exemple, aborderaient-ils le fait inévitable que le tournoi pour lequel ils étaient désormais les pom-pom girls officielles était à peu près aussi populaire que les conservateurs de la pauvre Britney Spears ?

Pour la BBC, la réponse était : allez méta. En tant qu’hôtes de Tailenders, le « podcast vaguement basé sur le cricket », il est revenu à Greg James, Felix White et Jimmy Anderson de présenter ce « jeu vaguement basé sur le cricket ». Ils l’ont fait avec des langues dans la joue, des sourcils arqués et, dans le cas d’Anderson, le froncement de sourcils légèrement incrédule qui est devenu sa marque de fabrique sur le terrain (“Tu sais que je n’aime pas le changement”, a-t-il grommelé, à la mention du temps mort).

Isa Guha était en tête de la couverture de la BBC sur les Cent le premier soir. Photographie : Javier García/REX/Shutterstock

Fidèle au style, il y avait des jeux de mots idiots, des blagues et des slogans – “c’est comme le cricket, mais plus court!” répétèrent-ils à l’unisson. Et étant donné que Tailenders a construit un public dévoué qui comprend des agnostiques et des convertis de cricket, c’était un bon point de départ.

En tant qu’animateur de l’émission de petit-déjeuner de Radio 1, James est, vous imaginez, un acteur clé de la BBC, prêtant ses félicitations pour attirer les millennials pour lesquels le Hundred a été inventé. La BBC s’est lancée dans ce crossover musique/cricket, en sélectionnant des DJ et des musiciens qui joueront en direct à chaque match, en publiant des listes de lecture spéciales sur leur application Sounds. Quand Isa Guha a dit “allons à Vic”, ce n’était pas, comme les auditeurs de TMS l’espéraient, M. Marks à qui elle lançait, mais Vick Hope, le DJ R1 qui faisait des interviews au bord du terrain avec de jeunes fans et d’anciens membres de Les samedis. Même absent du sol, James a réussi une intrigue secondaire mineure récurrente, alors que Hope racontait ses difficultés dans un camping-car au zoo de Chester, où il était enfermé dans l’une de ses cascades d’évasion. Pour l’action de cricket elle-même, nous avons été remis entre les mains sûres de “The Usuals”.

Ce n’était pas le nom de marque d’une équipe basée à Middlesbrough qui n’avait pas été annoncée auparavant, mais le terme collectif pour Phil Tufnell et Michael Vaughan, qui devaient être notre principal couple de commentateurs tout au long de la soirée. C’était un signe précurseur que les Beeb n’allaient pas essayer quelque chose de trop farfelu – qu’ils voulaient que tout le monde se sente à l’aise et inclus, même les vrais amateurs de cricket.

Avec toute l’affection et le respect que je dois aux messieurs en question, une veste en lin beige sur un t-shirt n’a rien de millénaire, même si vous la portez avec une pochette de costume jazzy. Leur double numéro avait l’arôme de Cannon and Ball, renforcé seulement par la danse du père de Tuffers sur les rythmes du stade, ou l’annonce sérieuse de Vaughan que “Becky Hill a le rock ici dans l’ovale!” (Cue Tuffers : « C’est agréable d’entendre un peu de musique live, Mike »).

Les fans aiment assister au premier match de Cent de la saison inaugurale.
Les fans aiment assister au premier match de Cent de la saison inaugurale. Photographie : Robbie Stephenson/JMP/REX/Shutterstock

Vous avez certainement eu une idée de l’excitation et de la nouveauté de l’occasion de tout le monde devant la caméra, notamment dans les moments nerveux qui saignaient du terrain – où il y avait des doigts de papillon à la limite et une terrible décision d’arbitre précoce – à la salle de montage. , où quelqu’un a oublié de supprimer l’audio haché du tout premier montage et nous a donné un moment d’écran légèrement lynchien. L’ambiance live, nous a-t-on dit, était animée, et c’était significatif : les sièges vides ont l’air pire qu’ils ne le sont dans un grand stade comme l’Oval, et le bruit sur les réseaux sociaux a confirmé que la foule était nombreuse et animée.

Sur Sky, il y avait des forfaits VT élégamment assurés qui suivaient les gros frappeurs qui seront en tête d’affiche de leur couverture – Flintoff, Pietersen, Broad – mais plus encore que la BBC, leur couverture de ce premier match était étonnamment conventionnelle. Alors qu’Ebony Rainford-Brent est le visage de leur campagne ultra-cool, le seul véritable clin d’œil à la jeunesse que nous avons eu était Rob Key portant sa chemise de sortie et nous parlant à travers l’action de bowling de Maddie Villiers à côté d’un avatar légèrement terrifiant. Avec Mel Jones et Nasser Hussain, toujours autoritaires, appelant à la finition serrée, le Hundred développait déjà une patine de respectabilité. Il n’y a rien à craindre ici pour les sceptiques.

Related Site :
punkassblog.com
unrelo.com
westminsterdeckandfence.com
honore-daumier.com
testbankcampus.com